Maestro

Retrouvez l’intégralité de l’article “Caroline Lisfranc, designer de l’affect” sur le blog de Cadeau Maestro.

A 4 ans et demi, elle créait déjà… Après son bac, elle fait une maîtrise d’économie tout en suivant des cours du soir de couture, et des stages de stylisme. A 22 ans, elle obtient une bourse de création d’entreprises du ministère de la Jeunesse et des sports, dotée de 80 000 francs. Elle créé alors sa société Caroline Lisfranc. Rencontre avec une véritable passionnée de design.

Cadeau Maestro : Quel regard portez vous sur votre approche ?

Caroline : Je suis une « designer de l’affect » dans le sens « qui vous apporte des sensations ». Par exemple, j’ai inventé le porte-photo de classe : douze poches PVC qui vous permettent d’afficher de la première année jusqu’en terminale, plus une poche supplémentaire en cas de redoublement : c’est pour que l’enfant se voie grandir, comme lien parent-enfant à la maison, pour intégrer l’école aux yeux des parents… Quand je crée quelque chose, ce n’est pas quelque chose de supplémentaire qui va venir polluer la planète; c’est parce que je pense qu’il y a un manque, et que l’objet que je vais créer apportera un peu de bonheur supplémentaire.

Cadeau Maestro : Quelle est l’histoire de l’entreprise Caroline Lisfranc ?

Caroline : J’ai démarré avec une collection rigolote de bijoux en vrais bonbons. Ensuite, j’ai fait une collection avec des accessoires d’école. Puis, aux débuts du sida – je me sentais concernée par ce problème de société, je trouvais qu’il fallait en parler – j’ai donc monté une collection qui s’appelait « avant tout, pensez à vous ». Il s’agissait d’accessoires de mode utilisant des préservatifs, sans cependant les détériorer. Je voulais que le préservatif soit quelque chose de familier et de ludique.

Au moment de la création de l’euro, nous avons déposé comme marque le taux de conversion, le chiffre 6,55957. J’ai créé 37 objets à cette occasion, soit autant que la somme de ces chiffres. Au milieu de ces 37 produits, il y avait l’Eurobear [prononcez « le Robert », ndlr]. Nous n’avons jamais assez de câlins !

Cadeau Maestro : Qui sont vos clients finaux ?

Caroline : Mon entreprise se divise en deux : d’une part la création grand public, qui représente environ 30 % de mon activité, d’autre part les objets promotionnels, qui sont une autre sorte de création, mais pour les entreprises.

Ma marque design by Caroline Lisfranc (grand public), c’est une grande chance parce que je fais ce que je veux. Et ça, c’est top !

Mes clients finaux sont des adultes, des enfants, et même des hommes pour qui d’ailleurs je commence à créer des objets spécifiques, discrets, pratiques, comme un porte billet d’avion ou ce portefeuille ultra plat pour le glisser dans une poche de jean.

Cadeau Maestro : Quels sont les produits phares ?

Caroline : L’EUROBEAR, CET OURS À LONGS BRAS…

Il y a des millions d’ours en peluche. La particularité de celui-là, ce sont ses bras très longs qui lui permettent de s’accrocher, et en particulier de s’accrocher à un autre pour former un câlin. Donc il ne s’agit pas tant de l’achat d’un ours que d’un acte d’amour ; on achète ces deux petits personnages, ce « toi et moi » en peluche. Prendre quelqu’un dans ses bras, c’est le geste de quelqu’un de très heureux, ou quelqu’un de très malheureux. C’est un symbole très fort d’affection, de tendresse, de partage. Je pense que c’est pour ça qu’Eurobear marche bien. Après, il y a eu aussi un formidable boulot marketing fait par mon équipe, qui a fait des Eurobear grands, petits, branchés, doux, multicolores… On a aussi beaucoup dit que c’était lié au phénomène de « l’adulescence », ces adultes qui aiment bien retomber en enfance.

Les objets à message : aujourd’hui c‘est un passage obligé.

Je ne fais pas de politique, même si je porte des chaussures différentes à chaque pied. La gauche et la droite, ce n’est pas la même chose à ce que je sache.

J’ai des convictions que j’essaie de faire passer, et je veux changer le monde à mon petit niveau. Moi, c’est à travers les objets du quotidien. On n’en a pas besoin pour vivre.

Mais ces objets non essentiels ont un intérêt. Celui de faire sourire et d’apporter un peu de bonheur. C’est avec la pensée que chaque jour, dans la vie quotidienne, je peux faire quelque chose pour mettre un sourire sur un visage, quand les yeux tombent sur un objet qui dit

« La vie est belle, Merci beaucoup, je t’aime, Ça va bien merci, Tout commence par un sourire etc. » que j’ai créé ces objets.

La collection doudoune matelassée : des portes monnaies « je craque « ou des sacs weekend » « Voyages sensationnel, Journée de rêves » tout doux et hyper pratique.

Cadeau Maestro : Où trouvez-vous toutes ces inspirations ?

Caroline : Depuis l’âge de 4 ans j’ai toujours voulu arranger les choses à ma façon; maman ramenait des choses à la maison, et je les modifiais, je les restructurais ! J’essaie de transformer un peu le monde, je regarde, j’essaie de trouver ce qui va aider à améliorer le quotidien.

En m’enrichissant des autres et de ce qui manque aussi. Pour ça, je regarde, j’écoute j’analyse, mais je ne décrète rien.

Tout est intuitif, car je crois beaucoup à ce que l’on ressent. Librement. Avec du recul, il me semble que j’ai un « nez », une sensibilité qui fait que je crée des objets en accord avec l’air du temps.

Cadeau Maestro : Avez-vous d’autres projets immédiats ?

Caroline : J’ai toujours des milliers de projets en tête et j’adore trouver des nouvelles matières. Je travaille actuellement sur une collection de produits qui nous ferons voyager. Surprise …

Cadeau Maestro : Que pensez-vous du site de vente en ligne de Cadeau Maestro ?

Caroline : J’aime ! c’est un site aéré et ergonomique. Les produits sont bien mis en valeur et les offres de sélections très bien pensées. Comme avec mes produits il y en a pour tout le monde quel que soit son budget.